Mairie d'Athies - site officiel

Mairie d'Athies - site officiel
Site officiel de la commune d’Athies (62)

La situation économique


L’activité agricole d’Athies consiste dans la culture des terres du plateau et des coteaux ainsi qu’en exploitant des pâtures du vallon par l’élevage de bovins. Au recensement général agricole de 1988, les 7 exploitations communales encore en activité utilisaient 217 ha de cultures et de pâtures et disposaient d’un cheptel de 104 bovins, dont 63 vaches laitières.
Mais l’agriculture communale n’a pas échappé au mouvement de diminution des emplois constatés dans l’Artois et dans la région.
Même si cette perte d’emplois est imputable à la restructuration des exploitations dans une logique de marché, il n’en reste pas moins que les exploitants établis sur la commune ne sont plus que 4 contre 7 en 1988 et 10 en 1970.

Indépendamment de cette exploitation agricole du territoire communal, la vitalité économique d’Athies doit se mesurer dans le cadre de l’agglomération urbaine.
En effet, la commune est essentiellement résidentielle, les entreprises locales ne représentant au début des années 90 environ 80 emplois répartis par moitié dans les activités secondaires (entreprise de travaux publics, réparations automobiles, entrepôts) et tertiaires.
Athies ne bénéficie pas de commerces de proximité. Cette situation a peu de chance d’évoluer dans la mesure où la proximité des grands centres commerciaux imposent leur logique économique. L’hypermarché le plus proche est à Saint-Laurent-Blangy.
En revanche, de nombreux commerces itinérants desservent la commune : deux boulangers, un charcutier-boucher, un poissonnier, deux brasseurs, un crémier et un épicier.
En 1990, 18% des actifs ayant un emploi travaillaient à Athies, et faisaient parties des 2/3 ayant un emploi dans l’agglomération d’Arras. Un tiers des actifs était alors ouvriers.
Cette mobilité révélée au travers de déplacements "domicile/travail" exprime une logique socio-économique d’agglomération dont l’évolution actuelle reflète un dynamisme caractérisé par sa diversité.
En effet, la ville d’Arras, traditionnellement administrative, présente un profil économique qui se distingue des villes minières voisines.
Aussi, la perte d’emplois constatée au cours des années 80 dans le textile et l’industrie chimique a été quantitativement compensée par l’évolution des emplois tertiaires.
Il faut noter que l’attractivité de l’arrageois en terme d’emplois se mesure par une mobilité professionnelle plutôt que par une migration de nouveaux habitants.


Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace abonné | Administration
Nombre de visites depuis le 5 novembre 2007 : 267349
Un site Internet réalisé par EMILE-WEB